https://letechobservateur.sn/
Quand l’Afrique montre le chemin dans les TIC : rencontre avec Ismail Merico et Saliou Ndiaye, un duo de choc aux commandes du cabinet Expert IS

Quand l’Afrique montre le chemin dans les TIC : rencontre avec Ismail Merico et Saliou Ndiaye, un duo de choc aux commandes du cabinet Expert IS

Tous deux sont titulaires d’un Baccalauréat S1. Tous deux ont poursuivi leurs études en France où ils se sont désormais établis. Ismail Merico et Saliou Ndiaye dirigent aujourd’hui le prestigieux cabinet Expert IS spécialisé dans les services informatiques. Ne jurant que par le numérique, les deux amis et associés veulent contribuer à sa promotion sur le continent.

A bientôt 45 ans, Ismail Mérico est l’ainé du groupe. Avec une petite barbe et des moustaches bien visibles, sur un visage ouvert, mais qui sait être ferme, l’homme est un grand passionné de l’Afrique. Il multiplie d’ailleurs les va-et-vient sur le continent depuis qu’il a posé ses baluchons en région parisienne. Ses mises à l’occidentale, bien soignées, accompagnées d’un ton posé et d’une grande prudence dans les prises de parole en public feraient de lui le parfait fonctionnaire international, à ne pas rater dans les couloirs des instances onusiennes.

Ismail Merico avec Ousmane Gueye, fondateur et animateur du “Tech Observateur”

« J’ai suivi une bonne partie de mon parcours scolaire au Sénégal avec un bac S1 obtenu au lycée Ngalandou Diouf. J’ai ensuite trouvé ma voie vers l’informatique à l’Institut Supérieur de Technologie Industrielle (ISTI) de Dakar où j’étais venu suivre, à la base, la filière Electromécanique / Electrotechnique. Du fait du tronc commun avec la filière Informatique Electronique Industrielle, j’ai été attiré par l’informatique, d’où le changement de filière opéré dès la première année », se souvient-il. Avec son associé, Monsieur Merico travaille à la promotion de l’innovation technologique « en formant nos experts et en créant le cadre pour progresser dans le secteur numérique ».

Saliou Ndiaye a un parcours similaire, même s’il n’a pas obtenu son premier diplôme universitaire à Dakar. C’est dans la région de Thiès plutôt, au Lycée Taiba – ICS de Mboro, qu’il a décroché le précieux sésame dont rêvent tous les élèves. C’est après qu’il monte à la capitale avec deux années en Mathématique – Physique à l’UCAD avant de rejoindre ESIEA, une école d’ingénieurs des technologies numériques pour y obtenir un diplôme d’ingénieur en génie logiciel (Architecture orientée objets) en 2008. « J’ai complété ma formation technique, à l’école de commerce de Grenoble GEM, par deux Masters en Management, Systèmes d’Information et Projet décisionnel, renommé Master spécialisé Big Data » raconte ce fils de Mboro, célèbre ville côtière du Nord-Ouest du Sénégal, qui a poursuivi son cycle d’ingénieur en France dans le groupe ESIEA, avec une formation récente à NEOMA Business School pour renforcer mes connaissances en gestion d’entreprise, management et commercial, après quelques années d’expériences professionnelles au pays.

Avec une partie de l’équipe d’Expert IS lors du lancement officiel du site “Le Tech Observateur” créé et mis en ligne par le cabinet

Si Ismail Merico s’est très vite spécialisé dans la messagerie d’entreprise Microsoft et participé à beaucoup de projets Messagerie de grands groupes français et internationaux comme LOREAL, Air Liquide, BPCE, Crédit Agricole, ALSTOM, Saliou Ndiaye, lui, s’est illustré dans nombre de secteurs d’activités en Europe et en Afrique : Ministère des finances, Ministère et Ministère l’éducation nationale en France, Orange France, Bouygues Télécoms, SFR et Nataxis, Crédit Agricole S.A, Allianz France, Allianz Benelux, Allianz Africa, etc. A la tête du département Big Data d’Expert IS depuis 6 ans « pour aider les entreprises sénégalaises à prendre des décisions stratégiques en se basant sur la collecte, le traitement et l’analyse des données », Monsieur Ndiaye, comme son associé Ismail, revendique une connaissance pointe du secteur technique français, doublée d’une expertise avérée dans des domaines divers tels que le système réseau – télécoms et la digitalisation.

« Il est important pour le Sénégal d’avoir des entreprises qui puissent relever le défi, dans les années à venir dans le secteur numérique. Cela va permettre d’atténuer la dépendance du Sénégal des grands groupes internationaux », plaident-ils en commun, tout en assurant vouloir « apporter notre pierre à l’édifice ».

0 0 votes
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
LETECHOBSERVATEUR Fond Blanc 445x180 Blanc

Le Blog d’un journaliste IT au coeur du numérique. 

CONTACT
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x