https://letechobservateur.sn/
Anna Kalifa : Une voix et un visage qui compte désormais dans l’écosystème numérique sénégalais

Anna Kalifa : Une voix et un visage qui compte désormais dans l’écosystème numérique sénégalais

L’histoire d’Anna Kalifa aurait pu être celle d’une Algérienne de Constantine, commune située dans le Nord-Est du pays. Son grand-père avait fui la terrible guerre pour se réfugier en France. Et c’est là, à Paris, que verra le jour, une petite fille qui porte son nom de famille. Anna, très brillante en Mathématiques, dès le primaire, va décrocher un Master 2 en Economie Internationale à l’Université Paris 1 Pathéon Sorbonne. Aujourd’hui, à 28 ans, la chargée de mission innovation et économie numérique à l’Ambassade de France au Sénégal plaide pour une plus grande présence des femmes dans les métiers du numérique. Rencontre avec une passionnée.

A première vue, une femme timide et méfiante. Mais il suffit d’entamer la discussion avec Anna Kalifa pour découvrir une passionnée du numérique, ouverte et à l’écoute. C’est le 1er février 2022 que la diplômée en Economie Internationale atterrit au Sénégal. Pays, qui, à ses yeux, ressemblait beaucoup à la France, et à bien des égards. « C’était plutôt agréable. J’avais la chance d’avoir quelqu’un qui est venu me chercher. Ce qui m’a frappé. Ce sont les routes et les panneaux. C’est le même décor qu’en France », se souvient qui reconnait, comme Simone De Beauvoir, être passionnée des gens.  “Je crois que je suis sociale dans la vie, avenante. J’aime bien parler aux gens et je crois que c’est pour ça que j’ai choisi ce métier parce que je suis connecté avec plein de gens différents “, souligne l’attachée innovation et économie numérique à l’Ambassade de France au Sénégal.

Lancement officiel de la Communauté Lionstech Invest dans les locaux de la DER/FJ, à Dakar, mardi 27 septembre 2022

Des missions exaltantes avec des actions qui portent

« A l’Ambassade de France, je suis chargée de l’innovation et de l’économie numérique. Du coup, mon rôle avec Mathieu Bécue, mon collègue, c’est de soutenir l’écosystème tech et entrepreneurial au Sénégal, mener plein d’actions différentes pour faire grandir cet écosystème et le lier avec d’autres écosystèmes en Europe notamment ou dans d’autres pays africains », détaille Madame Kalifa, assise, en face de notre micro, mais sans jamais s’éloigner de son ordinateur. “Je dois envoyer des mails”, glisse-t-elle. Et au fonds, c’est devenu son lot quotidien, la coordination et l’opérationnalisation de grosses initiatives digitales au Sénégal. La mise en place d’un réseau d’incubateurs au sein des instituts français et alliances françaises au niveau du Sénégal pour décentraliser le numérique à travers une coopération avec d’autres incubateurs dans d’autres pays en France ou en Afrique du Sud, le lancement de la Communauté Lionstech Invest et le lancement du FSPI font partie des réalisations dont elle se montre fière.

Une plus grande présence des femmes dans le numérique s’impose

Même si les gros projets s’enchainent et se multiplient au sein de l’écosystème tech sénégalais, la Française n’est pas pour autant très rassurée. La gent féminine devrait agrandir sa présence et sa représentativité, à ses yeux. « Y a beaucoup de choses qui se passent au Sénégal sur le numérique et la tech et malheureusement, ce ne sont pas des projets qui sont menés par des femmes. Elles sont plutôt soit dans la logistique, soit l’agriculture, soit la restauration, etc. On n’arrive pas à trouver beaucoup d’entrepreneures qui ont des projets tech », se plaint la spécialiste d’économie numérique qui invite à les à “avoir des projets qui soient un peu plus numériques”.  

1 1 vote
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
LETECHOBSERVATEUR Fond Blanc 445x180 Blanc

Le Blog d’un journaliste IT au coeur du numérique. 

CONTACT
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x